100/366 réels – Aujourd’hui si je portais des lunettes roses

a lunettes roses ce que je vois avec les verres rosesJ’écrirais des vers qui riment avec volupté Je raconterai l’infini flouté Que j’aimerais voir descendre sur ma vie. Ne plus penser À la terre qui m’attend Sous le silence du tombeau au bout du chemin du temps qui transforme les regards  en eau…

Je continuerai de rire les soirs de juin avec mes amis et j’ouvrirais les bras aux buissons de roses À la terre qui exhale ses ivresses et faire la nique aux névroses transformées en caresses murmurées par le vent sur ma terrasse qui embaume…a chevrefeuille chez les filles d'à côtéIMG_3107IMG_3105IMG_3157IMG_3159IMG_3029IMG_3003IMG_3006IMG_3013IMG_3044IMG_3160IMG_3161IMG_3162 IMG_3112

©Asphodèle -11 juin 2015

Moins de 100 mots : 86 Sur le vif oui éléments du réel oui En accord avec le thème : oui

Pour voir les modalités, les thèmes et ceux que je suis,  cliquez ICI

Publicités

Puisque vous êtes arrivés là, dites ce que vous en pensez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s